03 luglio 2017

Wheels&Waves 2017: un événement dont le son augmente

Le Wheels&Waves, qu'est-ce que c'est exactement?

AB-121

Le Wheel&Waves se situe à la jonction de la côte atlantique et des Pyrénées et on y trouve des beaux mecs, allongés sur leur motos ou sur les capots de vieux fourgons, absorbés par leur bronzage (à moins qu’ils ne soient tout simplement en train de se remettre de la gueule de bois de la veille). Ils ne lèvent un sourcil que pour rendre hommage à un bruit d’accélération plus remarquable que les autres.

AB-81

Il y a aussi des surfeurs du monde entier , le regard fixé en direction du nord-ouest, qui attendent la vague parfaite sur la plage de la Milady (en fait non, ils n’attendent pas, ils rament avec leurs bras jusqu’aux rochers dès 9 heures du matin).

Et des types couverts de tatouages arrivent en sidecar couverts de poussière, après avoir conduit durant des kilomètres; ils déambulent, un verre de bière à la main, les doigts usés d’avoir caressé la mécanique pendant des dizaines d’années.

AB-92

De fins spécialistes de la customisation ont transporté leur créature en classe business. Quand ils ne sont pas en train de briquer leur merveille, ils sont bien évidemment au barber shop hipster du Village pour rafraîchir leur look.

Les “rides out” continus des voyageurs en groupe produisent des vrombissements le long des routes en lacets et font penser que le Pays Basque pourrait être rebaptisé “Pays Braque” pour l’occasion.

AB-127

La musique est présente du matin au soir, avec la participation de personnages de la pointure d’Elliot Murphy.

Les filles se font des selfies en groupe sur les motos exposées.

Des skaters débutants croisent les skaters qui ont fait l’histoire de la planche à roulettes comme Steve Caballero.

Il y a aussi des familles en vacance avec un enfant sur le dos et un autre dans la poussette, qui flânent parmi les stands et rentrent chez eux avec deux T-shirt où est écrit “67-68 Airborne Vietnam”.

AB-1

Enfin, il y a évidemment Moto Guzzi, présent cette année encore à cet incontournable festival. Son stand est l’un des les plus animés et fréquentés : on peut y admirer les nouveaux modèles V7 et V9 et d’autres personnalisations importantes, tout droit sorties de l’émission Lord of the Bikes, comme la Hab-Ola de Svako Motorcycles, élancée et technologique (sur la base d’une V7III Special), la Vertigine de Vibrazioni Art Design, nippone exubérante (sur la base de l’Audace), ainsi que la magnifique SLCDR (Atelier Sur Les Chapeaux De Roues) élaborée sur la base de la 1000 G5 de 1981, qui a attiré tous les regards et l’admiration, même des spécialistes les plus orgueilleux et les plus compétitifs du secteur.

 

L’année des légendes

Bref, du 14 au 18 juin, la sixième édition du festival qui s’est déroulée à Biarritz, baptisée par les organisateurs “l’année des légendes” a été dédiée à la customisation des motos (avec une prédilection particulière pour les scrambler, cafè racer et fast-track), ainsi qu’aux valeurs et au style de liberté absolue, référence du monde pratiquant le surf, le skate, la musique.

Le cœur du festival est le Village: un angle de terre battue aux confins de Biarritz qui se resserre vers la plage de la Milady et se remplit pour l’occasion des stands officiels des constructeurs, des spécialistes de la customisation, des magasins où se faire personnaliser le casque ou simplement acheter l’accessoire fondamental pour un look de véritable biker et des finger food trucks, qui deviennent indispensables au fur et à mesure que les heures passent. Une bière? Bien sûr, et bien fraîche, et mieux encore si on l’alterne de temps à autre avec une flûte de champagne.

AB_125

L’attraction la plus incroyable cependant, celle qui attire un flot ininterrompu de curieux tout au long de la journée est le grand “Wall of Death“. Vu de l’extérieur, il s’agit d’un énorme tonneau en bois, de plus de 40 mètres de haut, avec un cercle au sommet duquel les gens peuvent se mettre debout et regarder à l’intérieur. Car ce qui s’y passe est digne d’applaudissements et de tambourinement de pieds en signe d’enthousiasme: dans le “Wall of Death”, des pilotes experts en acrobatie conduisent leur moto en cercle, le long des parois du tonneau, en restant donc à l’horizontale. Ils ne tombent pas grâce à la force centrifuge générée par la vitesse, qui les tient collés à la paroi en bois. Comme si cela n’était pas assez spectaculaire, ces magiciens des deux roues sont aussi des cabotins nés: les voilà qui détachent leurs mains du guidon, s’assoient latéralement ou se mettent debout sur le siège (toujours à l’horizontale!) et saluent le public en exécutant des gestes de corrida tandis qu’ils lui passent sous le nez. L’air sous la bâche qui ferme le “Wall of Death” se remplit bientôt de l’odeur persistante de l’essence, du vrombissement des moteurs et des manifestations rauques du public en liesse.

AB_110

Après cette dose d’émotion, nous continuons notre exploration du Village: à la pointe face à la mer, juste avant de descendre sur la plage, un petit rond-point marque le départ des rides out et de ceux qui veulent essayer une moto: cette année, seul Moto Guzzi propose des tours d’essai à proximité du Village. Ici, c’est un aller-retour continu de motos en direction de l’intérieur des terres, vers San Sébastien et la toute proche Espagne, où se déroulent les courses de flat-track et les “spari” (courses hyper rapides en côte) ou bien en direction du magnifique centre de Biarritz, de ses rues nobles qui rappellent Montecarlo, ses promenades en bord de mer, la vue imposante du Grand Hôtel, le café Miguel qui se reconnaît le soir au nombre de motos garées devant.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

Une soirée au port

Après une journée passée dans le joyeux chaos du Village, nous avons tous les deux besoin d’un peu de relax. Nous nous rendons à Biarritz, où Moto Guzzi a réservé le restaurant Crampotte 30 pour la soirée: des murs blancs, des tables rouges et des fenêtres vertes. On y arrive en suivant une route qui descend à pic du centre ville et s’ouvre sur la petite place d’un port caché, entouré de grands rochers. Immédiatement au-dessus du restaurant, une belle église fait face à la mer. Des jeunes sont assis sur les murets et profitent du coucher de soleil en se moquant des étrangers.

AB-58

AB-61

Après avoir bu un verre et grignoté à l’apéritif, pris quelques photos des bateaux qui se balancent paresseusement au gré des vagues dans la lumière du coucher de soleil, nous estimons que cela peut suffire pour aujourd’hui. Demain en revanche, c’est le jour des courses en montée au Punk’s Peak de Jaizkibel, à côté de San Sebastian.

 

PUNK’S PEAK: LE LIEU OÙ LES CENTAURES OSENT

vos Moto Guzzi custom



Trouvez votre concessionnaire
dans
Votre pays

Chercher
close