06 luglio 2017

Wheels&Waves 2017: 3 histoires de passion Guzzi

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Si vous avez lu nos reportages précédents dédiés au Wheels & Waves 2017, celui consacré à l’esprit et à l’atmosphère de cet incroyable festival et celui racontant les courses de côte de la Punk’s Peak, vous savez déjà que nous avons croisé un bon nombre de Moto Guzzi customisées, en plus de celles exposées sur le stand officiel Guzzi naturellement. Toutes les fois que nous en avons eu l’occasion, nous avons laissé une carte de visite pour inviter les propriétaires de ces créations extraordinaires et venir nous voir au stand et nous raconter l’histoire de leur passion pour la moto.

Voici ces histoires. 

Victor Rocha de Rua Machines: quand les bécanes ont une âme.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Victor Rocha est un portugais d’une quarantaine d’années, les yeux perpétuellement cachés derrière des lunettes de soleil à monture élégante. Il a commencé à travailler comme directeur commercial dans une entreprise agricole mais sa passion pour la moto existe depuis toujours. Notamment pour les Moto Guzzi, comme il nous le dévoile.

Cette passion, nourrie par ses souvenirs d’enfance et de jeunesse encore vivaces n’est pas restée au stade de simple rêve: avec 2 amis experts en fashion design, marketing et bien entendu en mécanique, Victor a donné vie à Rua Machines (littéralement “machines de route”). C’est aujourd’hui un important magasin de customisation pour moto, qui réalise des motos sur mesure, équipées d’une foule d’accessoires coordonnés. L’idée est que chaque moto est un microcosme autonome et parfait, qui allie la mécanique et le style en une seule expérience, en portant une attention constante au développement des tendances. Tout cela a donné naissance à un nouveau concept, au cœur du travail de Victor et de ses associés: le “New retro”.

Victor participe au Wheels & Waves avec une moto splendide: il s’agit d’une Moto Guzzi Nevada de 1996 transformée en sport vintage grâce à une intuition géniale et un soin tout particulier. Un choix étrange, nous raconte-t-il, d’ailleurs, tout le monde n’était pas d’accord. Pour réaliser une grande sport vintage, continue Victor, il faut une “moto avec du caractère”. Donc une Moto Guzzi.

Rien que le façon dont la moto est arrivée dans l’atelier de Rua Machines est incroyable. La Nevada en question appartenant à une connaissance de Victor qui vivait en Angola, en Afrique. Pour des raisons fiscales et légales, amener la moto en Angola s’est bien vite avéré extrêmement difficile, si bien que le propriétaire s’est retrouvé contraint de renoncer à sa Moto Guzzi. C’est ainsi qu’il a décidé de la confier à Victor: une décision éclairée puisque cette Nevada est aujourd’hui une des custom les plus admirées au monde.

Nous voudrions tous connaître les secrets du travail de customisation mais Victor, on le comprend, préfère conserver une part de mystère! Ce qu’il nous révèle, c’est que pour faire renaître la Nevada en tant que sport vintageStreet Machine N.8” (il s’agit du nom donné à la moto), 6 mois de travail intense ont été nécessaires. Tous ensemble, nous remarquons les nombreux détails de la moto: les commandes reculées inversées, la selle créé sur mesure en cuir de haute qualité, le point d’ancrage modifié. D’autre part, les suspensions, les jantes et les disques sont ceux d’origine, ainsi que la clé de contact qui, par contre, a été déplacée sur le côté droit, entre le réservoir et  la selle.

Le résultat ? Victor le décrit avec ses propres mots: “a masterpiece”, “a rocket” (un chef-d’œuvre, une fusée). Nous sommes d’accord et c’est ainsi qu’en compagnie de Victor, nous amenons la Street Machine N.8 vers la plage de la Milady pour un service photo personnalisé, comme s’il s’agissait d’une véritable star. Durant les derniers mètres sur les sentiers qui descendent vers la mer, ceux qui la croisent disent spontanément: “Que bonita!”, quelle est belle !

Après les photos, nous saluons Victor et lui demandons sur quoi il travaille actuellement. Là encore, sa réponse est fuyante mais révélatrice: “My mind is buzzing with ideas!”, ma tête bouillonne d’idées!

 

Le “Capitaine” et son sidecar

Il ne veut pas nous révéler son nom et se limite à indiquer la plaquette cousue sur son blouson en cuir: “The Captain“. Le Capitaine est un allemand imposant de Detmold, un biker authentique parlant peu, un homme pour lequel la moto est un style de vie depuis toujours. Ses mains sont usées par des années de travail personnel sur les motos qui lui ont fait parcourir le monde.

Il possède une Moto Guzzi V7 transformée en imposant sidecar vert kaki avec quelques détails intrigants, à commencer par le dragon qui orne le garde-boue avant. Nous avions remarqué le véhicule dans la côte vers la Punk’s Peak et nous sommes heureux d’avoir fait connaissance avec le propriétaire. Nous découvrons qu’il possède cette moto depuis seulement 6 semaines et que c’est son premier voyage avec. Dans le passé cependant, le Capitaine a parcouru des milliers de kilomètres. Il voyageait seul, perpétuellement, avec un sidecar comme porte-bagages. Son dernier voyage nous raconte-t-il, était une destination bien différente de celle de Biarritz en juin: de l’Allemagne, il est remonté en Norvège cet hiver, avec des températures affleurant les – 20 degrés.

Quand nous lui demandons depuis combien de temps il possède une Guzzi, il répond qu’il n’est pas sûr mais ses premiers papiers pourraient remonter à 1964. Le Capitaine l’a achetée d’occasion à un autre allemand de Duinsburg qui s’est chargé de la transformation en sidecar et de la customisation. L’idée du dragon était la sienne. Qu’est-ce que le Capitaine en pense? “The dragon? It’s ok.

AB-29

Coast to coast, avec Simone Zani

Simone Zani vient de Rimini et il est venu à Biarritz avec sa Le Mans noir et rouge de 1981: un véritable “coast to coast” de 1400 kilomètres en deux jours!

La Moto Guzzi Le Mans, produite de 1976 à 1984, était (et est encore) une moto hors du commun,en avance sur son temps, non seulement par rapport aux autres motos italiennes mais aussi aux étrangères de l’époque: une moto rapide, sportive et en même temps fiable et confortable sur les longs trajets.

mg3

Pourquoi Simone l’a-t-il choisie? “Parce que c’est une moto italienne avec un beau moteur“, un vrombissement unique, un timbre sonore qui se reconnaît entre mille et qui fait tourner les têtes quand on accélère.

Après son achat, Simone a travaillé avec Opificio Bike Store de Rimini pour la customisation: ensemble, ils ont modifié le cadre, amélioré l’installation électrique et le moteur, créé une nouvelle selle sur mesure, choisi des éhappements ouverts. Le système des freins en revanche, est celui d’origine.

mg5

Le résultat est une moto que Simone utilise tous les jours, une Guzzi historique à vivre pleinement. Concernant les modifications, voici comment Simone définit son travail sur la Le Mans :”un chantier ouvert”, certainement, mais… “je sens que je suis près de la perfection.”

 

WHEELS AND WAVES 2017: REGARDER ET ÉCOUTER

vos Moto Guzzi custom



Trouvez votre concessionnaire
dans
Votre pays

Chercher
close